AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Lupus | L'hiver vient, et aucune étoile ne saura vous guider.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Messages : 13
Date d'inscription : 24/09/2017
Infos fermées
MessageSujet: Lupus | L'hiver vient, et aucune étoile ne saura vous guider.   Lun 2 Oct - 0:23

L'hiver vient, et aucune étoile ne saura vous guider.
Esprit du Loup Ft Cantilène Nordique


Emergeant lentement des ténèbres mères pour goûter un instant aux faibles rayons que laissait entrevoir l'épais feuillage du bois, une ombre s'était éveillée et courait à présent sur les zébrures orcre et dorée de l'herbe. Sa longue robe d'argent où se perdait quelques rayures nuancées ou noire s'était alors posée là, au sommet d'un roc à la manière d'un corps étrangé qui demeurait pourtant là, vivace. Etait-elle une mauvaise herbe qui s'était accroché à sa pierre dans l'espoir de survivre ou bien un démon acharné dont la chasse s'était faite impossible ? Un peu des deux sans doute, mais l'arrogance qui émanait de cette posture souveraine poussait à l'irascibilité. Cependant si cette reine déchue demeurait impérieuse dans la moindre courbure, ce ne fut ni sujet, ni adversaire qui émergèrent à leur tour des fourées mais bel et bien cinq minuscules boules colorées brayardes et indisciplinées, qui échouaient sous un regard sévère au pied d'une mère devenue mentor. Le désespoir de cette dernière se fit alors palpable tandis que le plus massif des chatons, un large félin dont le poil duveteux gris moucheté de noir, adoptait une position de chasse dont l'absence d'équilibre soulignait désespérément le fait qu'il n'apprenait pas des leçons enseignée. Sa queue se balança doucement de droite à gauche guettant vraisemblablement la chatte qui s'afferrait autour du poil de sa cadette d'un air méticuleux et, brusquement, s'élança sur celle-ci pour la précipiter au cœur de chardon qu'elle avait pourtant prit tant de temps à écarter de son propre pelage. Son miaulement de surprise s'étouffa sous le cri victorieux de l'ainée et si quelque coup de patte arrières s'évertuèrent à chasser l'intru qui la maintenait à terre, la belle au poil d'ébène et au poitrail de nacre demeura impuissante. « Hibou... » Plaida-t'elle en désespoir de cause mais celui qui se proclamait déjà comme le plus grand des guerriers demeurait sourd à ses plaintes alors, si la minuscule écaille de tortue qui subissait le toilettage d'une sœur trop méticuleuse émit un grondement comme pour repousser ce frère dont la force semblait calqué sur celle de leur père, ce fut véritablement Monarque, un grand félin couleur sable moucheté de blanc qui intervint d'un bond précis pour mettre en déroute son ainé et ainsi libérer Belette de son emprise. Son regard émeraude s'assura alors un instant de l'état de cette dernière avant de se poser sur Aspic et son pelage tricolore et ainsi s'accrocher aux blessures à présent cicatrisée qui courrait sur son épaule.

-Maman ?

Cantilène Nordique avait sursauté et tournait quelque peu surprise son regard vers son dernier fils dont le poil d'argent voyait ses nuances réhaussé par quelques timides éclats de soleil, cependant si sa beauté avait eut le dont d'émouvoir son père tant elle semblait relever du surnaturel, c'était sa furtivité et son don pour les apparations aussi impromptue qu'étonnante qui avait captivé sa mère. De tout ses enfants, il lui avait toujours semblé être le plus en adéquation avec la vie de guerrier là où l'emportement de Hibou pourrait le condamner aux blessures propres à un orgueil démesuré, la fragilité de Belette accaparait bien trop souvent l'attention et la protection de Monarque et Aspic, et l'inattention répêtée de cette dernière lui avait déjà value l'attaque d'un renard qu'était parvenue à chasser de justesse leur mère. Au moins cet incident avait eu le mérite de rappeler à ses boules de poiles imprudente que la vie n'était pas un jeu et que Cantilène ne serait pas toujours là pour les sauver, d'où la nécessité de s'entrainer... Alors si la Raison avait agité l'esprit de tous, c'était bien Lièvre et son poil d'argent qui demeurait le plus attentif à la sécurité de ce clan de six, ainsi, lorsque l'ex guérisseuse nota l'anxiété de son fils et sa manière d'humer frénétiquement les allentours, elle comprit. D'un mouvement de queue aussi bref que vif, elle fit taire les débacles de ses autres enfants pour humer à son tour l'air et les effluves qu'il portait. Une odeur aussi légère qu'étrange flottait là et, si Cantilène avait encore quelque peu de mal à identifier les chats de ses clans nouveaux, un nom lui vint rapidement en tête, aussi glaçant que dérangeant.

-Un guerrier du silence. Glissa t'elle comme pour intimer l'ordre à cette compagnie de filer mais Hibou demeura là, farouche, prêt à combattre malgré ses cinqs minuscules lunes.
-On est six, il est seul, on peut...
-Idiot ! Cracha brusquement sa mère, s'efforçant de maintenir sa voix sur un faible volume malgré la peur qui commençait à agiter son cœur et ses viscères, et pour cause. Voilà quelque jours à peine qu'elle chassait en toute impunité sur leurs terres et, si elle avait prit soin de taire sa présence et ce délit, il fallait croire que ces guerriers n'était pas aussi idiot qu'ils en avaient l'air et qu'ils étaient parvenu à la retracer jusqu'ici.
Un grondement à mi-chemin entre la frustration et un reflexe d'agressivité que mènerait la peur s'éleva alors et, brusquement, la mère bondit hors de son roc pour se saisir doucement de la nuque de Belette, la soulever, et prendre la tête d'une escapade qui s'était faite aussi silencieuse que discrète. Alors, prenant pour seuls guides l'Urgence et l'Instinct de survie, la belle plongea dans les brousaille et s'éloigna au mieux de cette menace, filant à contre vent comme pour taire au mieux une présence qui n'était définitivement pas aussi silencieuse que celle d'un vétéran et pourtant, quelque chose sembla brusquement l'arracher au shéma qu'elle s'appretait à suivre. Fuir. Fuir au plus loin et jouer de ruse pour déjouer la force de ses adversaires mais... Quelque chose l'alerta et, brusquement, s'imposa comme une évidence à ses yeux. Il manquait quelque chose à ce plan si parfait. Une chose essentielle.
Hibou.

L'espace d'un instant, le grand chat gris zébré de noir balaya l'assistance du regard comme en attente d'une mauvaise farce mais il fallait croire que Dame Destinée aimait l'humour noir alors, brusquement cette fois, Cantilène Nordique lâcha sa petite Aspic, fit signe à Lièvre de guider la fratrie hors des brousailles et ce jusqu'au terrier pour s'y terrer tandis qu'elle entammait une course folle en direction de ce fils qu'elle peinait à retracer.
Trop d'odeur.
Trop de panique.
Elle perdait littéralement pied face à une anxiété devenue viscérale.


. . .

Un minuscule grondement s'éleva brusquement comme pour faire face à cette présence bien trop grande pour les minuscules chatons qu'étaient les quatres petits tenu là, soumit à un regard de glace qui aurait sans conteste évoquer les rudes hivers essuyé plus jeune par leur mère mais qui, à cet instant précis, ne s'apparentait qu'à d'hostile et étrangère contrée au yeux de Lièvre et sa fratrie. Son cœur cherchait à se frayer un chemin hors de son poitrail, son souffle s'était fait plus rapide et pourtant, le petit au poil d'argent demeurait le plus droit possible comme pour taire aux yeux de cet intru la peur qui battait dans ses veines. Une peur bien terrible.
Son regard s'était un instant posé sur Aspic comme pour lui intimer l'ordre de ne pas bouger, attitude qu'immita doscilement Monarque et que souligna Belette d'une voix aussi douce que tranquille :

-Nous sommes en territoire neutre chat du silence, et il serait bien terrible de s'attaquer à des chatons n'est-ce pas ?

Tout aussi droite que son frère, la jeune chatte au poil d'acajou et poitrail blanc semblait avoir misé sur le respect d'un code du guerrier que lui avait mainte et mainte fois récité leur mère, pour garantir sa sécurité et celle de ses frères. Ou du moins temporiser l'action. Elle demeura donc là, le regard aussi franc que tenace bien que ses pattes tremblaient et vacillaient quelque peu. Aussi, lorsque l'immense ombre que projetait sa mère vint couvrir de ses grandes ailes noires celles de ses petits, un vent de soulagement sembla les conduires à son ventre encore arrondit pour se perdre en ronronnement nerveux qu'elle accueillit dans la plus grande des sobriétés, trop occupé à jauger cet inconnu tenu là. Ses crocs finirent par relâcher Hibou et son poil emmêlé pour se contenter d'un cordial salut, histoire de jauger la situation sans trop prendre de risque.

-J'ignorais que ton clan s'aventurait en de si sombre terres. Que me vaut ta venue jolie petite pie ? Les arbres et leurs murmures ont-ils charmés ton esprit au point de te précipiter par delà l'influence des astres et leurs destinés ? Ou est-ce la curiosité qui te pousse jusqu'à mon antre, mmh ?  
Pas une histoire de proie chaparder ci et là, n'est-ce pas ?
Hrp:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Lupus | L'hiver vient, et aucune étoile ne saura vous guider.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» MAISON STARK ▲ l'hiver vient [3/7]
» L'hiver vient et les renards hibernent
» MAISON STARK ▲ l'hiver vient [2/5 Libres]
» sade ✹ comme un point de lumière vient éclairer la toile.
» Du nouveau sur la toile--L'autreTV.com

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LGDC Renaissance :: Role Play Game :: Forêt Sombre-
Sauter vers: